aissa hamada donne les détails du tourisme au Maghreb

Aissa Hamada décrit le développement du tourisme au Maghreb

Le tourisme est en pleine expansion et est considéré comme la première source de recettes d’exportation devant l’automobile, la chimie, l’alimentation, l’informatique et le pétrole.

Il permet de créer des emplois et met en jeu d’importants capitaux avec des revenus considérables, si bien que le secteur touristique occupe une place de premier ordre dans l’économie des pays du Maghreb (secteur stratégique, qui contribue au développement).

Promotion du tourisme au Maghreb et avantages avec Aissa Hamada

Le tourisme offre ainsi la possibilité de faire des découvertes innovantes, d’impliquer la population locale et de participer à la préservation de l’environnement. Il peut connaitre une croissance de 5% d’ici 2030, soit 150 millions de touristes.

Aissa Hamada présente les aspects du développement du tourisme dans les pays du Maghreb.

Le tourisme fait naitre plusieurs perspectives d’emplois et de formations, notamment pour les jeunes et pour les femmes. L’objectif de ce secteur est d’offrir des compétences qui peuvent servir dans d’autres domaines d’activités. Le fait de parler plusieurs langues est par exemple nécessaire pour les agents touristiques qui peuvent utiliser leur connaissance aussi dans d’autres domaines.

Cette activité constitue, pour 38% des pays de la région, des sources indispensables de devises avec comme destination principale le Maroc pour ses atouts naturels, ses villes pittoresques, son climat et l’accueil des habitants.

Le tourisme occupe ainsi une place très importante dans l’économie marocaine, si bien que son apport est 3 fois plus que celui des produits de mer, du textile ou de l’agriculture. Cela lui permet d’être un des secteurs les plus importants pour la croissance économique, les devises, les investissements et la création d’emplois. Il représente 6,9% du PIB, déjà en 2003, et crée 600 000 emplois directs.

Les chiffres du tourisme au Maroc

L’Etat marocain a signé un accord-cadre en 2001 avec les opérateurs du secteur touristique. Cet accord permet l’accueil de 10 millions de touristes, l’accomplissement de 160 000 nouveaux lits, l’augmentation des recettes annuelles de 20 à 80 milliards de dirhams avec une contribution au PIB de 2 à 3 points par an.

L’Observatoire du tourisme marocain constate une hausse des visites en janvier 2017, à raison de 651 708 touristes de plus qu’en 2016 à la même période, alors que cette année-là 10,3 millions de touristes sont venus. Les recettes ont aussi augmenté de 3,17% entre 2015 et 2016, soit 63 milliards de dirhams.

Le secteur touristique s’ouvre à de nouveaux marchés (russes, chinois, etc.) et permet aux ressortissants chinois de rentrer au Maroc sans avoir à présenter de visa. Cette politique a augmenté de 22% la population chinoise visitant le pays et de 23% pour la population russe.

L’augmentation constante du tourisme international est une conquête de la mondialisation. Les régions touristiques doivent donc préserver et développer leurs atouts naturels pour une bonne croissance du secteur, car les touristes ne visitent pas des contrées polluées.

Il est à noter aussi que la construction d’infrastructures touristiques n’est pas toujours respectueuse de l’environnement, mais le Maroc, la côte croate et les Seychelles se positionnent comme des contre-exemples.

Le profil Facebook d’Aissa Hamada